Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réjouissez-vous et Ecoutez-moi, immigrés à la peau noire

par Bacary Goudiaby 17 Septembre 2013, 16:12 Analyses & opinions

Dans le sillage de la publication du rapport du Conseil national des droits de l’Homme au Maroc (CNDH), Mohammed VI a réaffirmé avec vigueur la nécessité de procéder à la régularisation de la situation des sans-papiers en matière de résidence et d’activités qu’elles exercent, au même titre que les immigrés réguliers des autres nationalités, dont les immigrés subsahariens.

Sommes-nous autorisés à percevoir à travers cette « bonne action » une redéfinition d’une nouvelle politique d’immigration du royaume chérifien ?

En tout cas, cette décision semble satisfaire les autorités sénégalaises.

Subitement, soudain, d’un coup, le Maroc est devenu une terre d’accueil pour les migrants. Et le gouvernement du Sénégal a salué cette décision prise par Mohammed VI. D’ailleurs, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur dit en substances : «le Sénégal se félicite de la perspective ainsi ouverte de régulariser la situation de certains immigrés, en leur offrant un accès aux opportunités d’emploi et de résidence qui ouvre les possibilités d’une meilleure intégration économique et sociale». Le communiqué poursuit : « En prenant cette heureuse initiative, le Royaume du Maroc confirme ainsi sa tradition de terre d’accueil, de transit et de brassage socioculturel. Dans l’esprit des excellentes relations fraternelles unissant les deux pays, le Sénégal exprime son soutien à cette nouvelle politique migratoire, y compris, dans son aspect lié à la lutte contre le trafic et la traite des personnes ».

Cette décision de M6, accueillie comme les paroles sacrées parvenues à Moïse dans le Sinaï par le Sénégal, va sans doute contribuer à « verser de l’eau froide » comme on me dit au Sénégal et faire oublier le dernier drame en date au Maroc : l’assassinat du jeune Sénégalais Ismaïla Faye, poignardé à la gare routière de Kamra, à Rabat, pour une affaire de place dans un bus. Cet acte raciste, avait été douloureusement ressenti par la communauté sénégalaise qui croyait en l’existence de cette fraternité religieuse entre les enfants du pays de Kocc Barma et les descendants du Prophète de l’islam.

Cette situation m’inspire ces vers que j’emprunte pour les transformer, au premier président poète du Sénégal :

Voici le Soleil

Qui fait tendre la poitrine des vierges

Qui fait sourire sur les bancs verts les vieillards

Qui réveillerait les morts sous une terre maternelle.

On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat Inconnu.

On change des textes de lois, on redore son blason

Vous, mes frères obscurs, personne ne vous nomme.

On vous promet la gloire des futurs morts, on les remercie d'avance, morts obscurs

Ecoutez-moi, Immigrés Sénégalais, dans la solitude de la terre noire et de la mort

Dans votre solitude sans yeux, sans oreilles

Sans même la chaleur de vos camarades couchés tout contre vous, comme jadis dans les palabres du village

Ecoutez-moi, immigrés à la peau noire, bien que sans oreilles et sans yeux dans votre triple enceinte de nuit.

Nous n'avons pas loué de pleureuses, pas même les larmes de vos femmes anciennes

Elles ne se rappellent que vos grands coups de colère, préférant l'ardeur des vivants.

Trop vite asséchées les joues de vos femmes comme en saison sèche les torrents des inondations du quartier de Khar-Yallah

Les larmes les plus chaudes trop claires et trop vite bues au coin des lèvres oublieuses.

Nous vous apportons, écoutez-nous, nous qui épelions vos noms dans les mois que vous mourriez

Nous, dans ces jours de peur sans mémoire, vous apportons l'amitié de vos camarades d'âge.

Ecoutez-nous, morts étendus au profond des dunes du désert.

Recevez le salut de vos camarades noirs, Immigrés Sénégalais

Morts pour la Survie.

Réjouissez-vous et Ecoutez-moi, immigrés à la peau noire

commentaires

Haut de page