Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite aux pluies diluviennes et innondation: Une solidarité des pauvres

par Goudiaby Kunda 18 Juillet 2013, 08:03 Medias d'Afrik et de la Diaspora

Ces derniers jours les journaux télévisés en provenance du continent africain ne cessent de montrer les mêmes images et parfois d'étaler des listes tristement longues de personnes ayant perdu la vie lors des innombrables innondations qui frappent le continent.
De nombreux pays africains, notamment ceux habituellement peu pluvieux du Sahel croulent sous des trombes d’eau. Selon la météo de cette zone plus habituée à gérer la pénurie que l’abondance de pluies le ciel ne s’est pas encore calmé et les dégâts déjà importants pourraient être plus impressionnants encore.
Alors que les banlieues ressemblent déjà à autant de Venises cholériques que Ouaga, Dakar, compte leurs maisons effondrées, leurs centaine de milliers de sans abris et ses morts. Les éléments se sont déchaînés également sur Agadez, au Nord du Niger où des témoignages et photos publiés sur le site du Secours populaire français rapportent de graves inondations et des pertes en vies humaines. Même situation au Mali, au Maroc et surtout en Algérie où le bilan est plus macabre. Les années de vaches maigres, les mosquées à l’unisson prient pour que le ciel envoie quelques filets d’eau. Elles devraient maintenant faire la prière inverse pour que les vannes célestes se ferment.
A situation insolite, remède insolite: le plus souvent, et l’alerte et les secours sont déclenchés par la Croix Rouge, les Nations-Unies, les ONG occidentales, l’Union Européenne et les bilatéraux. Cette année aussi, ces sauveurs traditionnels se sont manifestés, avec des montants importants même si ceux-ci ne couvrent qu’une partie infime des besoins estimées comme c’est le cas du don de l’Ue au Burkina Faso. Mais la nouveauté, c’est que l’Afrique donne de plus en plus à l’Afrique dans un élan de générosité circulaire qui ne manque pas de piquant. On ne sait pas quels pays du continent ont secouru le Maroc quand une partie du royaume fut inondée.
Mais le Maroc, lui, a affrété sept avions chargés de médicaments, de tentes et de couvertures, à destination des populations victimes des inondations au Niger et au Burkina Faso. Le Niger également touché a envoyé à Bamako une délégation de trois ministres pour venir remettre au gouvernement, un chèque de 30 millions CFA en faveur des sinistrés maliens. Ce qui n’empêchera pas le Mali de réunir près de 25 millions CFA pour le Burkina Faso, même s’il vient loin derrière le chèque pharaonique de 500 millions CFA alloués par les autorités ivoiriennes à Blaise Compaoré alors qu’Abidjan, on s’en souvient, avait connu en juin de fortes pluies qui firent près de la vingtaine de morts.
Les cartésiens, bien entendu ne manqueront pas d’interroger la logique de l’humanitaire africain. Il est pourtant lisible: c’est la tontine des moins nantis contre l’effet de serre et il ne faut pas être surpris si le Burkina Faso, en grand seigneur manifeste, à son tour, sa solidarité au Mali et au Niger. Même si le pays des hommes intègres est loin de boucler son budget de crise.
Suite aux pluies diluviennes et innondation: Une solidarité des pauvres
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page