Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'heure du grand deballage?

par Akodien 10 Mars 2008, 23:09 Contributions

 
Sarkozy-Bongo.jpgIl a suffi d'un incident hélas routinier -l'expulsion brutale de deux Gabonais en situation administrative irrégulière en France- pour ouvrir les vannes. Après le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, l'affaire de l'Arche de Zoé au Tchad, les rancoeurs accumulées par la politique française d'immigration, l'heure du grand déballage est-elle arrivée entre le continent noir et l'ancienne métropole?

La rupture impossible.

Nicolas Sarkozy avait promis la "rupture" là aussi, mais elle est mal partie avec son discours de Dakar, en juillet 2007, considéré comme paternaliste, voire raciste, par de nombreux Africains. Il est devenu le symbole, pour de nombreux Africains, de tous les reproches que le continent africain adresse à son ancien colonisateur, et de ce rapport d'amour et de haine, de bons sentiments et d'affairisme cru, qui caractérisent les relations entre ces deux mondes.
Deux livres ont déjà été écrits par des intellectuels africains pour répondre à cet improbable brûlot. Ces livres à charge "doivent être pris pour ce qu'ils montrent: la blessure ouverte par un discours à côté de la plaque". L'un de ces livres a été sévèrement critiqué dans Le Monde, suscitant une réaction très violente des auteurs, qui, dans un droit de réponse qui circule sur l'Internet, s'en prennent au journaliste:

" Il a voulu se payer des nègres qui n’ont eu comme seul tort de vouloir défendre la dignité de l’homme africain dont le Président de la Patrie des Droits de l’homme dit qu’il 'n’est pas assez entré dans l’histoire'"
 
Au Cap, le 28 février, Nicolas Sarkozy a corrigé le tir, annonçant en particulier une remise à plat des accords de défense entre la France et un certain nombre de pays africains. Au-delà de la satisfaction qu'on peut éprouver à cette annonce, reste à déterminer les critères qui présideront à une nouvelle politique africaine.
Sous cet angle, deux questions se posent: quel intérêt la France peut-elle trouver à une politique africaine? Mais surtout, quel intérêt les Etats africains et leurs dirigeants pourraient-ils avoir à poursuivre une coopération avec une France devenue plus sourcilleuse?
 
Finalement, la question qui vient à l'esprit est la suivante: une telle déclaration n'est-elle pas que le masque vertueux d'une pure et simple volonté de désengagement politique et militaire? Une telle perspective indiquerait peut-être une salubre prise de conscience du gouvernement français, à savoir que la France n'a plus vraiment les moyens de s'offrir une politique néo-coloniale onéreuse et dont les bénéfices deviennent de moins en moins évidents.
Peu de commentaires africains, à ce stade, de ce deuxième discours de Nicolas Sarkozy sur le continent. Comme si la crédibilité personnelle du chef de l'Etat français était aussi basse en Afrique qu'ici... Notamment en raison de son attitude au Tchad, tant sur l'Arche de Zoé que pour sauver, même sans tirer un coup de feu, le régime guère reluisant d'Idriss Déby. Il y a pourtant là une porte entrouverte, dont il sera intéressant de voir si elle débouche réellement, sinon sur une improbable rupture, au moins sur un changement réel.

L'arrogance française.

L'affaire de l'Arche de Zoé, puis ces derniers jours les questions liées à l'immigration et aux rapports franco-gabonais, ont en revanche fait couler beaucoup d'encre. L'Arche de Zoé, d'abord, qui connaît ces jours-ci de nouveaux rebondissements avec le refus du gouvernement français de payer les dommages et intérêts de 8 millions d'euros réclamés par le Tchad, avait déjà provoqué quelques poussées de fièvre.
L’humanitaire serait-il le nouveau visage de la mission "civilisatrice" dont se croit investi le monde dit occidental? Les ONG sont-elles les nouvelles vitrines officielles des 'bonnes âmes' des pays riches qui y voient l’opportunité de s’acheter un coin de paradis quitte à bafouer volontairement les principes régissant les pays?
Cette question de l'arrogance française revient régulièrement. Après les missionnaires, les colons, les militaires, les coopérants et maintenant les ONG, le tout au nom d'une supériorité européenne et d'un universalisme mal digéré? Dur à entendre pour une France qui se vit encore porteuse d'un "modèle" de civilisation, et qui reste solidement attachée à des valeurs qu'elle espère encore universelles...
Le débat provoqué par la réaction gabonaise aux expulsions d'étudiants, puis à la controverse née de la diffusion d'un reportage sur France2 sur la fortune d'Omar Bongo en France a pris un tour plus violent encore. Dans lequel la question de l'"arrogance" revient régulièrement.
Axel Ozangué, un journaliste de la presse privée gabonaise", a signé une longue tribune intitulée "les Etats voyous ne sont pas ceux que l'on croit"... Il écrit:
"Si un Etat voyou est celui qui est en rupture de ban avec les règles de la vie internationale, il n’y a aucun doute: la France, prétendue patrie des droits de l’homme, est sans exagération et incontestablement un Etat voyou".
Il passe en revue les accords non respectés par la partie française, et ajoute: "Et que dire en matière d’immigration? Les Français sont traités comme des hommes au Gabon, un Etat civilisé. Quant aux Gabonais en France, il ne s’agit que de pauvres nègres, réduits au rang de bête sauvage, qu’on vient cueillir à l’aube et qu’on expédie comme des criminels menottés dans le premier avion en partance pour Libreville. Mais, au fond, quoi d’étonnant? Celui qui a été une seule fois demander un visa au Consulat de France connaît parfaitement la morgue et le mépris qui caractérisent les agents consulaires français qui prennent un plaisir sadique à humilier les demandeurs de visas en exigeant les papiers les plus farfelus, avant de refuser le visas tout en ayant empoché au préalable les frais de visa qui ne sont pas remboursé".
La France paye-t-elle aujourd'hui des décennies d'attitude au mieux condescendante, au pire arrogante et brutale, vis-à-vis de ses anciennes colonies? Beaucoup de commentateurs semblent le penser, même si, côté français, on souligne aussi la responsabilité des dirigeants africains eux-mêmes, et certains refusent d'applaudir le geste de Bongo en raison de la personnalité plus que contestable du président gabonais. C'est là encore, une pierre d'achoppement entre les commentaires des Français et des Africains. Mais, quoi qu'il en soit, la France a quelques leçons de modestie à prendre...

Comment avancer?

La question de la nature des régimes africains constitue un autre enjeu central. Et, quoi qu'ils pensent de leurs dirigeants, de nombreux Africains vivent mal les critiques émanant de l'ancienne puissance coloniale. Un article publié par un internaute Gabonais depuis Libreville, la capitale gabonaise affirme que:
 

"la majorité des Gabonais sont convaincus que l'actuelle campagne médiatique contre Bongo est organisée et financée par ses propres amis français (avec à leur tête Bolloré) qui lui en veulent de remettre en cause leur pillage personnel du Gabon au profit de la concurrence chinoise. Et c'est triste que des journalistes 'sérieux' se laissent embarquer dans une telle aventure. Car quelle est l'actualité des biens de Bongo en ce moment, alors qu'il en a acquis la plupart depuis des décennies au vu et au su de tous en France."
On a vu un Gabonais, défendre son Président contre les agressions françaises, soulignant que les Gabonais veulent "laver leur linge sale en famille".

"On a le Président que l'on veut, quarante ans de pouvoir ne nous fatigue pas, si ça fatigue les Français nous en s'en fout, on est confiants.
Même agacement dans le long pamphlet d'Axel Ozangué:
"Il y a beaucoup d’hommes politiques, mais un seul homme d’Etat: Bongo Ondimba. Les vrais patriotes, au-delà des partis, ne peuvent que le suivre et s’il le faut, le moment venu, ils viendront lui servir de boucliers humains car à travers lui, c’est tout le pays qu’on veut recoloniser. Ceux qui ne l’auront pas compris, commettront une grave faute face à l’histoire. Ils iront grossir, dans les poubelles de l’histoire, la cohorte des maboules et des traîtres à leur pays. Et comme on dit, dans nos matitis, 'affaire à bandit se règle en bandit': face à un Etat voyou, il faut éviter d’être civilisé. A bon entendeur salut. "
Il y a rarement eu des échanges aussi violents entre l'Afrique noire et la France. Longtemps, la parole a été confisquée par les régimes installés par Paris, et qui empêchaient toute expression libre. Il en va autrement aujourd'hui, ce qui permet certes ce déballage pas toujours agréable, mais aussi de pouvoir envisager de changer d'époque, de changer de relations. Cela vaut pour les Etats, à condition que Nicolas Sarkozy définisse clairement quelle politique africaine il veut, au-delà des (plus) belles paroles du Cap; mais cela vaut aussi pour les sociétés, qui n'ont aucun intérêt à se laisser entraîner dans des dérives populistes (surenchère sur l'immigration) ou nationalistes (défendre Bongo contre l'agresseur). Vaste programme!

 

 

 

 

 

Par Pierre Haski (Rue89)

commentaires

Haut de page