Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boire le calice jusqu’à la lie

par Akodien 19 Décembre 2007, 21:59 Contributions

undefinedLa visite de M.Khadafi aura été salutaire pour la France : elle aura permis, à tous, de mesurer l’hypocrisie dans laquelle nous nous complaisons depuis longtemps.

Le Guide la Révolution Lybienne en cinq jours aura enchainé les pieds de nez à la Patrie des droits de l’homme, aura pété dans les draps de la République, se sera mouché dans les règles de l’hospitalité et aura roté au nez de ses hôtes. Sans que ceux-ci, ne le raccompagnent fermement vers la sortie. Ainsi, nos dirigeants viennent de nous donner notre première leçon de lucidité envers nous-mêmes.

Pour les pieds de nez, c’est le du chef de la diplomatie libyenne, Abdelrahman Chalgham, qui s’en est chargé : «il (B.Kouchner) me fait toujours rire : on l’a souvent vu déclarer quelque chose le matin et le contraire le soir.» Rama Yade, elle, aura droit qu’à un «Rama qui?».

C’est Mouammar en personne qui pétera dans les draps de République, justement à l’Assemblée nationale où il était reçu, en regrettant «l’internationalisation du conflit du Darfour», alors que Paris s’évertue à mettre sur pied une force internationale dans la région ; ou encore à l’Unesco en amusant son auditoire «Avant de parler des droits de l’homme, il faut vérifier si ces droits sont accordés aux immigrés…dont les droits sont violés par la police ». Les  120 policiers blessés à Villiers le Bel ont du apprécier.

Enfin, c’est le guide qui rotera au nez de ses hôtes, en déclarant sous la tente, « Nous n’avons pas évoqué, moi et le président Sarkozy, ces sujets » alors que N. Sarkozy avait déclaré le contraire la veille : «J’ai dit au président Kadhafi combien il fallait continuer à progresser sur le chemin des droits de l’homme.»
Enfin, pour la route, c’est au Ritz qu’il se mouchera dans les lois de l’hospitalité lorsqu’il expliquera à son auditoire que «la croix que vous portez n’a aucun sens, comme vos prières n’ont aucun sens».

Ainsi le guide, vient de donner une leçon de réalisme diplomatique à tous ceux qui essayaient encore de faire croire aux français que nous ne commercions qu’avec les pays respectueux des droits de l’homme munis de dirigeants pétris d’humanisme : tous ceux qui s’indignent d’une réception à Paris, certes guignolesque, mais qui s’accommodent très bien de relations commerciales discrètes. Si nous ne devions commercer qu’avec des pays «honorables», il y a longtemps que nous ne roulerions qu’avec des voitures à pédales…

M.Khadafi après avoir longtemps et cruellement pratiqué, a renoncé aux armements nucléaires, au terrorisme, verse des indemnisations aux familles des victimes des attentats qu’il a commandités et condamne les récents attentats d’Alger (du bout des lèvres et encore après avoir légitimé à Lisbonne, le recours au terrorisme pour les peuples faibles). Et il a libéré les infirmières bulgares et le médecin palestinien !

Il n’y a pas de quoi lui discerner un brevet d’honorabilité mais pas de quoi non plus le mettre au ban des relations diplomatiques ; pas plus que Hu Jintao, Mugabe, Arafat et les autres. La France a maintenant payé le prix de la libération des infirmières : cinq jours de souk pendant lesquels il a fallu la boucler. La commission d’enquête parlementaire connait maintenant les contreparties qu’elle cherchait en vain du coté de contrats obscurs…

Quelques uns n’ont pas résisté, dont Rama Yade qui réussit là une jolie opération de com personnelle avec son paillasson. D’autres ont serré les dents, comme Nicolas Sarlozy qui était aussi blême cette semaine que lorsqu’il avait du subir le supplice de la Marseillaise exécutée à Tripoli par une troupe s’amusant à en écorcher chaque note. «C’était douloureux mais nécessaire» a-t-il expliqué aux familles des victimes de l’attentat du DC10. Enfin, cette semaine pourrie est finie.
En Espagne on a pas eu droit aux mêmes discours tympanisants. Peut-être que tous les européens n'ont pas les mêmes remords à l'égard de l'Afrique.
i_bug_fck

commentaires

Haut de page