Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour les seules victimes: Les enfants

par Akodien 19 Novembre 2007, 11:19 Nouvelles du jour

tchad-manifparis.gifDans une interview au Parisien, le ministre de l’Intérieur tchadien affirmait que les Français membres de l’Arche de Zoé doivent être jugés au Tchad. Pour lui, le contraire serait une insulte.

 

« Les faits ont été commis au Tchad. C’est pourquoi ces bandits doivent être jugés et condamnés ici. » Le message du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique du Tchad, Ahmat Mahamat Bachir est clair. Dans le Parisien de mardi, il s’exprime avec virulence pour demander à ce que les Français membres de l’Arche de Zoé, inculpés, soient jugés dans son pays. « Le contraire serait une insulte pour le peuple tchadien », insiste-t-il.

 

Au sujet des manifestations anti-françaises qui se déroulent au Tchad, le ministre les juge « légitimes ». « Tout le monde a été très choqué qu’un organisme soi-disant humanitaire tente d’enlever nos enfants. La population est très en colère » déclare-t-il.

 

C’est cette colère digne et silencieuse que le collectif "Autour des 103 enfants du Tchad" a organisé le samedi 17 novembre, sur le parvis des droits de l’homme du Trocadéro un rassemblement de soutien aux enfants, principales voire unique victimes du scandale Arche de Zoé.

 
 

Dans ce contexte où comme d’habitude certains leaders autoproclamés de la communauté noire ont (encore une fois de plus) brillé par leur silence. Ils ont surtout loupé l’occasion de se voir valider ces tites usurpés à une communauté en attente de vrais « LEADERS ».

 

L’action du collectif « Autour des 103 enfants du Tchad », est un combat panafricain. Elle devrait toucher chaque africaine et chaque africain. Cette initiative du collectif tombait à point nommé pour toutes celles qui préfèrent l’action aux vaines discussions. En tout état de cause, des militants, anonymes ou sympathisants ont répondu présent  l’appel du collectif. La grève qui touchait durement les transports franciliens et le froid qui couvrait la capitale française n’ont pas eu raison de la détermination de cette minorité significative parmi laquelle brillaient quelques étoiles que sont : la princesse burundaise Esther Katamari, ou encore l’écrivaine d’origine camerounaise Calixte Beyala.

 
 

Cette manifestation a permis au collectif "Autour des 103 enfants du Tchad" de poser un certain nombre d’acte notamment la mise en place d'une commission parlementaire franco-tchadienne, et le jugement des membres de l'Arche de Zoé au Tchad.

 

"On ne peut pas adopter des enfants sans s’assurer, même en période de guerre ou de catastrophe naturelle, que ceux-ci n’ont ni parents, ni proches de parents. Qu’il s’agisse des enfants du Darfour ou du Tchad, nul n’a le droit de déraciner des enfants au motif qu’ils sont menacés par une mort certaine", a indiqué Allasra Naorgué, membre de la coordination du collectif.

 

D’autres se sont montrés beaucoup plus en colère à travers une banderole qui disait « les enfants africains ne sont pas cobayes ».

 

Ou encore, cette militante d’origine haïtienne qui s’exclame : « Il est assez étrange qu'en France, certains osent "expliquer", "comprendre" le comportement déviant de ces monstres de l'Arche de Zoé, voyous des temps modernes ».

 
 

Cheick Anta Diop disait que la sempiternelle condescendance occidentale masquait ce qu'il nommait: paradigme occidental. Le NOUS domine tout. Les autres n'ont pas droits au chapitre.

commentaires

Haut de page