Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Afrique est née à Soweto

par Akodien 28 Octobre 2007, 18:53 Héritages d'Afrik

Soweto-township.jpgSoweto est une banlieue noire (appelé township) en Afrique du Sud situé à 15 km au sud-ouest de Johannesburg dans la province du Gauteng (Transvaal).
Il fait partie de la municipalité de Johannesburg (quartier 6 et 10) . Soweto comprend plusieurs quartiers, certains aisés d'autres très pauvres et des bidonvilles.
Créée dans les années 50, elle faillit porter le nom de Verwoerdville en hommage à Hendrik Verwoerd, alors ministre aux affaires indigènes et l'un des principaux concepteurs de l'apartheid.

En 1950, en application des nouvelles lois d'apartheid, Soweto fut conçu pour recevoir des résidents uniquement noirs. A cette fin, des quartiers entiers, peuplés de noirs ou racialement mixtes, assez proches des villes, furent classifiés comme zones blanches (ou zones pour gens de couleurs, métis ou indiens). En conséquence, les habitants noirs furent chassés de ces quartiers requalifiés comme à Sophiatown et envoyés à 15 km au sud-ouest de Johannesburg sur des terrains rachetés à des fermiers par le gouvernement et qui étaient connus sous leurs noms de Doornkop, Klipriviersoog, Diepkloof, Klipspruit et Vogelstruisfontein. Ces terrains allaient former l'ossature de Soweto.
Au départ banlieue noire constituée de petites maisons alignées, Soweto allait connaitre un accroissement démographique fulgurant, marqué par la construction de bidonvilles et l'insuffisance des services publics, incapables de s'adapter à la demande en électricité et en eau potable.

Soweto, pour ceux qui ont une bonne mémoire, est un site d'importance dans l'histoire de l'Afrique du Sud, avec les évènements sanglants dus au régime de l'apartheid en 1976. Soweto (qui est la contraction de South Western Tounship) est aujourd'hui une ville historique, touristique et chérie des natifs du Kwa Zulu. C'est aussi une vraie ville africaine, pas comme Prétoria, Johannesburg, Sandton, Durban ou le Cap, pour ne citer que celles-ci, où l'on se croirait en Europe ou aux Etats-Unis. C'est à Soweto qu'a eu lieu, le 16 juin 1976, la fusillade qui a entraîné la mort de 47 enfants dont Hector Peterson, justifiant le choix de cette date pour célébrer chaque année les enfants africains. C'est également la ville du grand, du monument Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid.


Soweto est une vieille ville d'Afrique du Sud découverte en 1904 et officiellement reconnue comme grande ville du peuple noir en 1955. Bâtie sur une superficie de 120 km2 elle est peuplée de deux millions d'habitants aujourd'hui. 100.000 voitures circulent tous les jours sur l'autoroute qui  quitte Johannesburg pour mener à Soweto. La population de Soweto, regroupée dans les deux parties du site, est répartie majoritairement en deux classes sociales.

L'ancienne Soweto, où habite la classe la plus basse, c'est ce qu'on appelle les townships (les ghettos). L'habitat se compose d'anciennes maisons non électrifiées, qui furent construites pour les mineurs, afin qu'ils ne résident pas  trop loin de la mine. Aujourd'hui, ces townships sont habités par ceux qui viennent des campagnes, dans l'espoir de travailler à la ville. Ils sont très pauvres et la majorité fait des "affaires". La seconde partie, c'est là où vivent les personnes aisées, c'est à dire les enfants qui sont nés et qui ont grandi dans la localité. Ils sont aujourd'hui grands fonctionnaires, banquiers, entrepreneurs, etc... et ont décidé de ne pas quitter les lieux. Parmi eux, ils y a des Blancs, des Métis et des Noirs. Ils ont construit de belles maisons. A Soweto, on parle le Zoulou en plus de l'Anglais.

Soweto abrite un musée à la mémoire de Zolile Hector Pisto de son vrai nom. Ses parents avaient préféré le changer pour augmenter ses chances d'intégration dans les grandes écoles, car, à l'époque, le racisme battait son plein. C'était un enfant de 13 ans, qui a été abattu à Soweto au cours d'une manifestation consécutive au refus d'accepter qu'on impose l'afrikaans à l'école pour les enfants noirs, en lieu et place de l'anglais. C'était le 16 juin 1976. Ensuite 46 autres enfants ont suivi, pour aboutir au chiffre macabre de 600 enfants tués dans toute l'Afrique du Sud. Les fusillades ont duré de juin à décembre, marquant l'un des temps forts de la lutte de l'Afrique du Sud noire pour la vraie démocratie.

Soweto est également la ville du grand Nelson Mandela. Il y a vécu de 1945 à 1964. C'est là qu'il s'est marié, d'abord avec sa première épouse, Evelyn, dont il divorça plus tard pour épouser Winnie, qui lui donna deux filles et un garçon qui mourra quelques années plus tard. Aujourd'hui, l'une de ses filles est mariée au prince du Swaziland et l'autre s'occupe des œuvres de son père. Mandela sera envoyé au bagne de Robben Island (en face du Cap) de 1964 à 1999, soit 27 ans. A sa sortie de prison, il demandera à passer 11 jours dans sa maison de Horlando à Soweto, avant de déménager ailleurs. Il était très célèbre et il fallait le cacher pour qu'il se repose. Il divorça d'avec Winnie quelques temps après sa libération, pour se remarier avec Graça Machel, la veuve de l'ancien président mozambicain Samora Machel, mort dans un accident d'avion.

Le domicile de Mandela à Soweto a été transformé en musée en 2005 et c'est un haut lieu touristique et historique, qui mérite d'être visité par tous.   Par ailleurs, Soweto est l'une des villes sud africaines les plus religieuses, avec la grande cathédrale "l'Eglise du Royaume de Dieu" qui compte 8000 places. On y célèbre des messes émouvantes même pour ceux qui ne sont pas Chrétiens. La ville compte 13 autres églises, catholiques et protestantes.

Soweto dispose également d'une grande université qui compte 43.000 étudiants, y compris en médecine et en ingénierie. Un grand centre commercial, le "Mayonya Mall", le plus grand mall de la ville, a été inauguré il y a trois ans par Nelson Mandela. Enfin, Soweto est la ville la plus proche du stade où se dérouleront l'ouverture et la finale de la Coupe du monde 2010, qui se tiendra en Afrique du Sud. Une première dans l'histoire sportive du continent.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page