Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réponse du berger à la bergère

par Akodien 22 Octobre 2007, 11:26 Nouvelles du jour

Seybah-Dagoma.jpgPour les municipales je suis sereine. J’ai Delanoë et les autres derrière moi. Ensemble, on va gagner.
Seybah Dagoma affrontera Jean-François Legaret, maire du Ier depuis 2001, aux prochaines élections municipales. D’origine tchadienne, cette avocate de 29 ans, qui a grandi à Sarcelles, habite le Ier depuis deux ans. Bénévole à 15 ans au sein de l’association France Espoir, qui aide à l’intégration des jeunes issus de l’immigration, elle décroche un DEA de droit des affaires et de l’économie et un master en financement de projets et financements structurés de l’Ecole nationale des ponts et chaussées.

Aujourd’hui, celle qui a toujours été sympathisante socialiste, et qui est encartée depuis deux ans, travaille chez Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP, cabinet d’avocats spécialisés dans le droit des affaires à l’international. “Je travaille beaucoup. Pour relâcher la pression, je cours, je sors, et je cuisine. Spécialité : le yassa au poulet.”

“Faire tomber le mur”
Quatre candidats socialistes étaient en lice dans cet arrondissement. “Alain Le Garrec a décidé de me soutenir. Françoise Fabre s’est retirée le jour du vote. Et je l’ai emporté à 58% devant Aurélie Chevallier.” Selon elle, le ticket avec Le Garrec, la rénovation des têtes et ses propositions ont joué en sa faveur. “Mon objectif est de faire tomber le mur entre l’est et l’ouest du Ier, en créant, notamment du logement social dans un arrondissement qui n’en compte que 5%.

Entre les Halles et la rue Saint-Honoré, il y a quand même un fossé, il faut que ça se mélange !” Jeune, belle, brillante et d’origine africaine, Seybah a été perçue comme l’équivalent socialiste de Rama Yade, secrétaire d’Etat UMP française aux Affaires étrangères et aux Droits de l’homme. “Pourquoi me voir comme le pendant de Rama Yade ou de Rachida Dati ? Parce que je suis de couleur ? La droite, c’est le fait du prince. Nous, le processus est démocratique. J’ai été désignée par des militants.”
Dimanche matin déjà, elle faisait campagne sur le marché de la rue Montmartre, derrière les Halles. Comme elle, des petits jeunes sont devenus têtes de liste : Romain Lévy, 35 ans, dans le VIe, ou Rémi Féraud, 36 ans, dans le Xe. Didier Guillot, 39 ans, n’a quant à lui pas réussi à détrôner Daniel Vaillant dans le XVIIIe. Celui-ci l’emporte avec 55,3% des votes et briguera ainsi son troisième mandat.

commentaires

Haut de page