Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'était le 26 septembre 2002

par Akodien 27 Septembre 2007, 09:15 Article de la semaine

joola2.jpgLe bateau Le Joola (prononcer Diola), qui assurait la liaison maritime entre Ziguinchor et Dakar, a sombré le jeudi 26 septembre 2002 à 23 heures au large des côtes gambiennes. Il transportait plus de 1800 personnes et on ne compte que 65 rescapés.

 

Le Joola était un symbole, c'était aussi toute une ambiance : la cohue de l'embarquement, où chacun voulait caser ses nombreux bagages : cartons et valises, moutons et chèvres, produits du terroir; la recherche de sa place, dans les cabines pour les plus nantis, dans la grande salle aux sièges de bois pour les autres; le calme de la traversée ensuite, et les promenades sur le pont où les contacts se nouaient; la joie de découvrir le ballet des dauphins à l'embouchure du fleuve Casamance; le ballet des pirogues à l'île de Karabane, et le transbordement acrobatique des passagers débarquant; la joie enfin d'arriver à quai, un peu dépaysé.

 

Le Joola, acquis en 1990, était long de 79,5 m pour une largeur de 12,5 m et pesait 2087 tonnes. Il avait une capacité de transporter 550 passagers, 13 véhicules et 250 tonnes de fret.

 

Il effectuait deux rotations par semaine entre Dakar et Ziguinchor, avec une escale à l'île de Karabane.

 

Immobilisé le 31 août 2001 pour des travaux de réparation, il avait repris du service le 10 septembre 2002, soit deux semaines seulement avant la tragédie. Il constituait un élément de communication très important entre la capitale et la région sud, compte tenu des difficultés de transport par la route, qui traverse la Gambie.

 

Le Joola a fait son dernier voyage le jeudi 26 septembre 2002, au départ de Ziguinchor, après avoir chargé des passagers à Karabane, sous une pluie battante. Des milliers de familles pleurent leurs morts et disparus. Les vendeuses du marché Casamance, au port de Dakar attendront en vain.


Rien ne sera plus jamais comme avant.

" Le Joola " (ou " Diola " du nom de la principale ethnie de Casamance) qui assurait en 15 heures la liaison maritime entre Dakar et Ziguinchor via l'île de Carabane était un cordon ombilical entre la région Sud de Casamance et le reste du Sénégal. Il participait au désenclavement de la région et était essentiel pour son économie.
 

Depuis sa mise en service, en décembre 90, on se bousculait pour embarquer sur le ferry. La grande majorité de ses usagers était des commerçants, des "banas-banas" qui écoulaient leurs marchandises, fruits, poissons, huîtres, huile et vin de palme au marché Elisabeth Diouf du port de la capitale Dakar et dans tout le Sénégal.

 

Le Joola participait pleinnement au désenclavement de la région de la Casamance au Sud du Sénégal

 

C'était toute une région qui respirait à nouveau et retrouvait le sourire. Cet événement était attendu par tous car pendant un an toute la Casamance s'est retrouvée un peu plus isolée dans son enclave entre la Gambie et la Guinée-Bissau.

 

Bon nombre de commerçants ont arrêté toutes activités car la route devenue le seul moyen pour transporter les marchandises revenait beaucoup plus cher que le bateau et surtout beaucoup trop long pour les produits périssables.

 

860 km pour 14 à 20 h de trajet en contournant la Gambie, ou bien 450 km par la Transgambienne mais avec les "tracasseries" imposées par les douanes, plus la longue attente au bac de Farafégni pour traverser le fleuve Gambie.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page