Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un souffle nouveau pour la Sierra Léone

par Akodien 18 Septembre 2007, 17:12 Nouvelles du jour

New-president-Sierra-Leone.jpgLe nouveau président de la Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, a prêté serment lundi quelques heures après avoir été officiellement proclamé vainqueur du scrutin par la commission électorale nationale.

 

La prestation de serment a eu lieu dans la capitale, Freetown, devant le président de la Cour suprême.

 

Candidat de l'opposition, Koroma s'était présenté à l'élection présidentielle sous l'étiquette du Congrès de tout le peuple (APC).Au second tour, le 8 septembre, il a recueilli 54,6% des voix. Son rival, le candidat du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP) et actuel vice-président Solomon Berewa, a obtenu 45,4% des suffrages, selon les résultats communiqués dans la journée par la commission.

 
 

"Ne regardons pas ceci comme la victoire d'une communauté, d'un parti politique ou d'une région particulière, mais comme la victoire de tous les Sierra-Léonais", a dit le président au cours de sa prestation de serment, appelant ses compatriotes à "entamer le processus de guérison des blessures qui sont apparues subitement et inutilement pendant la campagne électorale".

 

Cette élection présidentielle constituait un test du niveau de démocratie de l'ancienne colonie britannique, théâtre entre 1991 et 2002 d'une des guerres civiles les plus sanglantes de l'histoire moderne de l'Afrique, qui a fait 50.000 morts.

 

Le second tour s'est déroulé généralement dans le calme, même si quelques affrontements ont été signalés entre militants de partis rivaux.

 
 

Le taux de participation a atteint environ 68%.

 
 
 

L'élection était la première depuis le départ de la force de maintien de la paix de l'Onu il y a deux ans.
Dénonçant des bourrages et des échanges d'urnes, le SLPP avait menacé durant le week-end de déposer un recours en justice pour bloquer le dépouillement, en estimant que les chiffres annoncés jusqu'ici n'étaient pas crédibles. Mais Berewa et le président sortant, Ahmad Tejan Kabbah, ont promis d'apporter leur soutien au nouveau président.

 

La commission électorale a jugé quant à elle que ces irrégularités n'avaient pas eu d'impact sur le résultat final.

 

En vertu de la Constitution sierra-léonaise, le résultat officiel des élections peut être contesté devant la Cour suprême dans les sept jours suivant l'annonce.

 

Les observateurs internationaux ont qualifié les élections de transparentes et pacifiques dans leur ensemble, tout en faisant état de plusieurs cas de fraude.

 
 

"C'est un grand moment, le signal très fort qu'il est possible d'organiser des élections crédibles en Afrique", a commenté Victor Angelo, qui dirige la mission des Nations unies dans ce pays de 5,7 millions d'habitants.

 
 


Découverte du pays

sierra-leone-map.gifLa Sierra Leone (qu'on devrait prononcer [si-èr-ra lé-onn]), appelée officiellement république de Sierra Leone, est un pays d’Afrique occidentale, ouvert sur l’océan Atlantique, limité au nord et à l’est par la Guinée-Conakry ( 245 857 71 740 km²) et au sud-est par le Liberia (111 370 71 740 km²). La Sierra Leone est un donc petit État couvrant une superficie de 71 740 km² (la France: 547 030 km²).

 
 

La Sierra Leone est découpée en trois provinces et une région* : les provinces du Nord (Northern), de l’Est (Easthern), du Sud (Southern) et la région de l'Ouest* (Western); voir la carte détaillée. L'ensemble est divisé en 12 districts, placés sous l’autorité de ministres résidents. Les districts sont à leur tour subdivisés en quelque 140 chefferies, contrôlées chacune par un chef et un Conseil des anciens, traditionnellement chargés de maintenir l’ordre et de faire appliquer la loi. La guerre civile a toutefois profondément perturbé le fonctionnement des administrations locales.

 

La Sierra Leone est une ancienne colonie britannique fondée en 1787 pour y accueillir d’anciens esclaves venus des États-Unis et des Antilles; le nom de la capitale, Freetown, symbolise le rêve de liberté des esclaves libérés au siècle dernier. Mais la ville e été vidée de ses habitants en raison de la guerre civile qui ravage le pays. Sa population est passée de 800 000 habitants à 80 000 en mai 1995. Parmi les autres villes importantes figurent Bo (26 000 habitants) et Kenema (13 000 habitants) dans le sud du pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page