Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tchimbé raid pa moly, pliss foss, Christiane!

par Bacary Goudiaby 19 Mai 2014, 23:30 Analyses & opinions

Tchimbé raid pa moly, pliss foss, Christiane!

Il y’a quelques jours à peine on pouvait voir sur les plateaux télés de France des commentateurs «outrés» par les propos du magnat américain Donald Sterling à suite à ses propos racistes sur les noirs dont il ne souhaite plus voir en compagnie de son ex.

TMZ, qui n’est pas souvent pris au sérieux par les «mollahs» de la presse «bien pensante, a publié le 26 avril un enregistrement d'une dizaine de minutes datant du début du mois dernier. Alors qu'il s'entretient avec sa compagne, on peut entendre Donald Sterling tenir des propos racistes: «Tu peux coucher avec des noirs. Tu peux les amener ici, tu peux faire ce que tu veux. La seule petite chose que je te demande, c'est de ne pas te montrer avec... et de ne pas les amener à mes matchs.»

Ou encore: «Je dis juste que tu n'as pas à te montrer avec des noirs, sur ton putain d'Instagram de merde.»

Tout le monde s'est indigné de ces propos. Aux États-Unis même si la statue de la Liberté n’a pas pour autant perdu sa flamme, l’indignation était totale. Cette visibilité a été possible en raison de la présence de pointures de l’information Noirs et d’origines Africain-Américains sur les grands Networks américains.

En France on avait droit à des commentaires « mono colores » sur des plateaux ou aucun représentant de ce qui s’appelle ici « les minorités visibles » était présent.

Dans la foulée, Anne Roumanoff essaie de rallumer les feux de la rampe sur elle à travers un sketch douteux dans la célèbre émission dominicale de Michel Drucker. Anne Roumanoff a tenté d'imiter la ministre de la Justice Christiane Taubira, avec un accent approximatif. De nombreux téléspectateurs avaient jugé ce sketch raciste.

La parodie n'a pas fait rire tout le monde. Anne Roumanoff au cœur d'une vive polémique, piquée au vif, a d'abord tenté de rétorquer aux attaques dans un premier Tweet, aujourd'hui introuvable. «On se calme, d'abord c'est un accent antillais. Ensuite ça dure 30 secondes. Sérieusement, vous pensez que je suis raciste ?», interroge-t-elle sur le réseau de micro-blogging. En se défendant ainsi, la comique commet une maladresse de plus ... car Christiane Taubira est originaire de Guyane et non des Antilles.

« Wallay ! Ce n’est pas très grave tout ça » !, nous aurait dit Bourama l’un des personnages du roman de notre aîné Ahmadou Kourouma dans « Allah n’est pas obligé ». En France on peut tenir des propos racistes à l’endroit d’une des personnalités les plus influentes de l’Etat sans en toucher l’autre…

Cependant, on ne pardonnera rien à Christiane, pardon Madame La Ministre.

Elle n'a pas chanté la Marseillaise, lors de la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage, le 10 mai. Et, badaboum, comme à chaque fois qu'il est question de Christiane Taubira, aussitôt, la caisse de résonance médiatique s'est emballée. La droite parisienne est montée au créneau et a crié son indignation. Le Front national a demandé sa démission. Et la gauche a mollement défendu la combattante en faveur de la loi sur la commémoration de l’esclavage. Ce n'est pourtant ni la première ni la dernière à «fauter». Mais voilà, aujourd'hui, en France les politiques, à la traîne, se croient obligés de renchérir à la première étincelle. Les pourfendeurs de madame Taubira, sont servis. On le sait tous, elle ne cache pas ses sentiments. On peut la retrouver entièrement dans sa réponse: «Certaines circonstances appellent davantage au recueillement qu'au karaoké d'estrade» - et surtout ce terme de «karaoké d'estrade» qui choque le plus. Et hop c'est reparti! Le buzz a repris de plus belle. Bzz, bzz. Pendant ce temps là, on oublie l'essentiel: personne ne parle de l’esclavage.

Bien que l’abolition de l’esclavage date en France de 1848. Il aura fallu 150 ans à la République pour reconnaître sa responsabilité dans la traite négrière. Reste que la France est la première et la seule nation au monde à avoir reconnu l’esclavage comme crime contre l’humanité.

La loi Taubira est votée le 21 mai 2001. Et, depuis 2006, la date du 10 Mai «honore le souvenir des esclaves et commémore l’abolition de l’esclavage». C’est la poursuite du combat de Christiane Taubira.

L’esclavage, un sujet tabou en France jusque dans les années 90.

Heureusement que dans cette tempête anti Taubira, il y’a des bouffées d’espoir et de réalisme. L'artiste Christian Guémy, alias C215, a décidé, lui, de se mettre au service de la ministre et de son action. Reçu vendredi dernier par Christine Taubira, C215 a remis à la ministre une reproduction du graffiti à l'effigie de la ministre qu'il avait réalisé en novembre 2013. Un acte de soutien de la part de l'artiste, indigné par une vidéo montrant une petite fille brandissant une banane au passage de la ministre.

À l'occasion de cette visite, le graffeur, originaire de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), s'est engagé à intervenir dans les prisons françaises afin «d'offrir un peu d'évasion» aux personnes incarcérées.

commentaires

Blaise Nkampo 22/05/2014 14:29

Merci pour votre analyse. Nous avons be soin de ce type d'analyse.

Haut de page